Hommage à Pierre Blazy

Nous avons la tristesse de vous annoncer le décès de Pierre Blazy, figure emblématique de l’ENSG, survenu le 6 août 2014 après après une courte et grave maladie.

pierre blazy copie

L’ENSG a été dotée dès le début des années 50 d’une unité de valorisation des minerais animée par Mrs Chassagne puis Spada. Ce dernier a convaincu le professeur Roubault de l’intérêt d’un centre plus étoffé et éloigné de la Maternité départementale voisine des locaux de l’École. Profitant de leurs transferts à Vandoeuvre, un bâtiment spécifique a été édifié dans le campus ENSG inauguré en1961 et Pierre Blazy (promotion 1954) en sera le responsable scientifique. Professeur à l’ENSG en 1964, il en sera le Directeur de 1971 à 1979 gardant un pied dans la recherche comme Directeur du Centre de Recherche sur la Valorisation des Minerais (CRVM) de 1974 à 1991. Il cédera sa place à Jean Cases et le nom du laboratoire deviendra le LEM (Laboratoire Environnement et Minéralurgie). De 1971 à 2013, il sera membre puis vice-président de l’Association pour la Géologie et ses Applications. Jusqu’au bout il continuera à écrire dans les revues scientifiques et en particulier pour les Techniques de l’Ingénieur et pour la Société de l’Industrie Minérale.

Chantre de la Minéralurgie, cette science qui intervient entre la mine et les usines métallurgiques ou les raffineries, il saura, entouré de collaborateurs de talents, faire progresser la recherche, élargissant les domaines d’investigation à l’hydrométallurgie, la pyrométallurgie, l’eau, l’environnement et surtout prônant l’indispensable relation privilégiée et indispensable entre la recherche et l’industrie.

012

 

Tous les élèves des promotions de la fin des années 60 à celles des années 80 se rappellent de cet ariégeois, petit par la taille, mais grand par son savoir, sa connaissance, son désir d’aller toujours de l’avant, son autorité bienveillante, avec toujours des projets magnifiques en tête, entraînant toute une génération d’élèves et d’enseignants derrière lui pour promouvoir par-dessus tout l’École de Géologie. Les plus jeunes aussi se souviennent d’un homme de dialogue qui avait toujours l’information que l’on recherchait.

Sans titre-1Derrière le professionnel, il y avait un homme de passion et de caractère, un passionné d’art, mais aussi et surtout un homme de cœur, toujours accessible, toujours prêt à vous écouter et à vous aider. Qui, des élèves des années 70, n’est pas allé dans le bureau du Directeur après avoir demandé la permission à Midette, qui ne se rappellent l’avoir entendu chanter et gratter la guitare ou de ses passages au caveau le vendredi soir… Merci PEDRO, pour tous ces moments inoubliables qui ont marqué définitivement nos vies.

L’École de Géologie a perdu un grand homme qui a marqué son histoire et tous les géoliens ont perdu un ami.

Vous pouvez aussi témoigner sur http://www.paradisblanc.com/pierre-blazy

Quelques phrases d’anciens en hommage à Pierre BLAZY

« Pierre fut non seulement mon professeur, mon directeur d’École, mais aussi, comme il le fut pour tous les élèves, un mentor pendant mes premières années professionnelles » Jean-Louis CARDINI (69)

 

« Il y a quelque chose qui se démolit quelque part quand disparaît un homme qui a beaucoup contribué à vous construire… Merci Pierre, “géo-constructeur” bien nommé » François CLIN (73)

 

“J’ai beaucoup appris avec ‘Pedro’ en particulier lorsque j’étais jeune minéralurgiste et lorsqu’il était Président de la section Minéralurgie de la Société de l’Industrie Minérale (SIM) de 1972 à 1974 » Gilbert POUTHIER (60)

 

« Pierre était un ami de très longue date et fut le premier (en 1978) à me faire confiance […]. Pierre était aussi un homme de cœur et un inventeur passionné qui a compté dans l’histoire de l’ENSG. Je ne pourrai jamais l’oublier » Jean-Laurent MALLET (68)

 

« En me faisant entrer dans son équipe, Pierre m’a fait entrer dans sa seconde famille, et j’en conserve toujours un souvenir inoubliable d’amitié, de camaraderie en même temps que de force créative et de vision ensoleillée des choses et des gens que les méridionaux dont je suis savent si bien donner » Jean-Noel GONY, (67)

 

« Il m’a donné envier d’aller voir ce que Cipango mûrit dans ses mines lointaines… Il y a réussi et je ne pourrai l’oublier » Dominique ARTIGNAN (73)

 

« Je suis profondément ému par la mort de Pierre qui était un homme qui a compté pour l’École, mais aussi un homme chaleureux et engagé » Jean-Paul TISOT (66)

 

« 1968 était passé par là (.) Il sut aussi faire tomber les barrières qui nous séparaient de nos enseignants et faciliter le dialogue dans une période de mutation profonde » Jacques RICOUR (73)

 

« Ce fut un grand homme (sans ironie) » José BABOT (70)

 

« Pedro aura été une figure emblématique de notre promo et de l’École. Ce collectionneur d’art qui ne se prenait pas au sérieux et sa faconde vont rester dans nos cœurs et nos esprits » Claude SAUVEPLANE (70)

 

« Pierre a été pour moi plus qu’un professeur ; il m’a donné le goût de la minéralurgie et de l’industrie des matières premières. Il m’a soutenu dans tous mes projets et j’ai vécu avec lui des moments inoubliables » Philippe CUNIN (74)

« Les premiers traits de sa personnalité qui m’ont frappés étaient son extraordinaire empathie, sa simplicité et sa facilité d’abattre les barrières direction/ étudiant.[…]. Une phrase m’a guidée au long de ma carrière: « la première chose à faire, faites du stérile et concentrez-vous sur les dix à vingt pour cent restants » [..]. Il a représenté pour moi quelques-unes de mes plus belles années, m’a donné le goût de la géologie, les armes pour faire une carrière d’ingénieur géologue qui m’a apporté bien plus que mes espérances. Je lui dois énormément. » Jean-Marie MASSET (71)

 

« […] Du haut de ses 1,55m, il avait une autorité toute naturelle et il savait être persuasif pour nous remettre dans le droit chemin. […] il finissait toujours par faire appel à notre sens des responsabilités, en stimulant chez chacun d’entre nous l’éveil à l’âge adulte. » Olivier PEYRET (79)

 

« Il a été mon premier directeur. C’était un homme d’une grande humanité et d’une grande proximité avec les élèves » Jean-Marc MONTEL (82)

 

« C’est en effet un grand maître à penser qui s’en va après avoir beaucoup fait pour la minéralurgie et la métallurgie extractive » Michel DUCHÊNE, École des Mines de Paris

Publicités